Le premier :

Capables de flasher par l’avant et par l’arrière, ces nouveaux radars routiers ont été déployés partout en France.

Radars double face

Sur la route des vacances, vous avez peut-être croisé un nouveau type de radars. Déployés sur tout le territoire depuis quelques mois, ces dispositifs nouvelle génération ont la particularité d’être “double-face” : lorsqu’un véhicule croise leur route, ces derniers sont ainsi capables de réaliser un cliché de l’avant, et un cliché de l’arrière.

Avec plus de 200 machines réparties sur les routes de France, ce radar nouvelle génération devrait rendre beaucoup plus fiables les verbalisations automatiques. Plus perfectionné que les anciens modèles, il permettra en effet d’identifier à coup sûr le conducteur ou la conductrice, tout en s’assurant une photo de l’arrière du véhicule. Une nouveauté qui cible principalement les motards, dont la plaque d’immatriculation est exclusivement à l’arrière. Pour les voitures et les camions, il s’agira surtout d’éviter les fausses dénonciations.

Comment les reconnaître ?

Homologués depuis 2018, ces radars double-face sont facilement reconnaissables : il s’agit de deux cabines identiques, généralement situées à quelques dizaines de mètres d’intervalle. Les photos, prises lorsque le conducteur se trouve entre les deux dispositifs seront aussi capables d’identifier le type de véhicule verbalisé. En revanche, contrairement à certains modèles, les radars double-face ne pourront flasher que dans un seul sens de circulation.

Le déploiement de ces nouveaux dispositifs imaginés par la société Parifex ambitionne de réduire le nombre d’accidents liés à la vitesse sur les routes, mais veut aussi combler les importantes lacunes techniques des radars actuels. Selon la Sécurité routière, environ 38% des photographies prises par les radars routiers ne seraient pas exploitables, conduisant le plus souvent à l’abandon de la verbalisation. “En flashant par l’avant et l’arrière le taux d’élucidation des infractions sera amélioré et cela contribuera à traiter de façon plus équitable les usagers de la route”, précisait l’organisme au lancement des nouveaux modèles.

Le deuxiéme …

Les radars automatiques sur les bords des routes pourront bientôt en faire bien plus pour traquer les conducteurs indélicats. Le nouveau modèle Nano du constructeur Parifex a obtenu son homologation.

© Denny Müller, Unsplash

Les automobilistes vont devoir redoubler de prudence : le radar Nano, mis au point par le constructeur Parifex, est en phase de test dans le Doubs avant de se déployer ailleurs en France. Ce radar automatique n’est pas comme les autres. Il intègre en effet un Lidar, une technologie bien connue sur les voitures électriques équipées de système d’aide autonome à la conduite, mais aussi sur les iPhone et les iPad les plus haut de gamme ainsi que sur les robots aspirateurs.

La technologie au service de la sécurité routière

Ce Lidar permet au Nano de mesurer précisément la vitesse d’un véhicule qui modélise sur une centaine de mètres les voitures qui arrivent. L’ avancée des véhicules va permettre de calculer la vitesse de chacun d’entre eux, en prenant en compte les positions des différentes voitures sur la route. La plage de mesure est de 30 à 250 km/h, et le radar possède une fréquence de mesure supérieure à un véhicule par seconde. Autrement dit, le boîtier génère une zone de contrôle virtuelle extrêmement efficace.

Mais ce n’est pas tout. Cette technologie de détection laser à balayage peut également déterminer si un véhicule franchit la ligne d’un feu rouge. Les distances de sécurité entre deux voitures pourront aussi être surveillées par le radar, et bien sûr sanctionnées le cas échéant. Le Nano est en mesure de dire si un conducteur grille un stop ou s’il franchit des lignes blanches.

Pour le dire très simplement, le radar de Parifex a tout pour devenir le cauchemar du chauffard ! Les autorités ont l’intention de l’installer là où ce type d’effraction est particulièrement répandue. Cette armada complètera la flotte de radars plus traditionnels, qui devrait être forte de 4.700 unités opérationnelles d’ici la fin de l’année. Seuls l’Italie et le Royaume-Uni compteront alors plus de radars que la France.

Source : BFM et AutoPlus – journaldugeek.com du 28 juillet 2022

Ladislas n°1555